Bolivie

Traversée du Salar d Uyuni

J1 31/10
km = 47

Ca y est, on est prêts ! C’est le début de l’aventure ! Nous quittons Uyuni vers le Nord et roulons facilement malgré le vent de face sur le route nouvellement asphaltée qui mène à Colchaci. IMG_2042.jpg

On déjeune à quelques mètres de l’entrée du Salar, à l’abri du vent et du soleil par un hotel en construction puis enfin, le voila ce salar !

Comme nous avions déja visité l’ile au centre du salar, nous décidons de prendre la diagonale qui va directement à la sortie. Nous nous trompons de traces. Pour rattraper la bonne route, nous roulons sur des plaques de sel séparées par des joints en relief qui crissent sous nos pneus comme le ferait de la neige.

 

A 16h, après avoir pédalé contre le vent, nous décidons de nous écarter un peu de la route tracée par les 4×4 pour planter la tente au milieu du salar.

1er test de sardine ok. On installe la tente. 2eme sardine cassée, 3eme tordue. Bon, il faut sortir nos plus grosse sardines et ne les enfoncer que sur quelques cm a l aide d un gros caillou pris en sortant d’Uyuni en prévision de ce moment.

IMG_2104.jpg

Je mets Sam à jouer sur le sel mais celui-ci se retrouve rapidement bloqué car le sol est abrasif, il refuse de faire du 4 pattes!

Le vent est fort en fin d’après midi et nous ne savons pas encore qu’il disparait la nuit donc nous posons les vélos sur la tente pour renforcer nos petites sardines.

Le soleil se couche au loin derriere les volcans. La luminosité est magnifique et nous sommes seules dans cette immensité.

IMG_2152.jpg

J2 (01/11)
Km= 61

Le soleil réchauffe rapidement la tente. La nuit n’a pas été aussi froide qu’on aurait pu l’imaginer (4degrés). Petit dej dans ce cadre fabuleux puis nous pédalons des heures sur cette surface si dure, vent contre nous. Les volcans grossissent très très lentement malgré les kilomètres enchainés. Nos fesses commencent à être vraiment douloureuses à cause des joints entre les plaques de sel qui font sautiller nos vélos.

Enfin la sortie ! Une étonnante jetée asphaltée. Et si on creuse le salar, les bords du bassin se recouvrent de sel et l’eau turquoise apparait.

IMG_2251.jpg

Nous plantons la tente dans un champs poussiéreux aux abords du salar. Sam, trop heureux de retrouver la terre ferme, joue à s’asperger de terre…il a l’air tellement heureux qu’on le laisse, tant pis pour ses habits en laine.

Voilà, rapide mais intense en émotion et de supers souvenirs en perspective !

 

PS: n hésitez pas a cliquer sur les photos pour les agrandir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s